10 ans d'expérience municipale : le maire publie son premier bilan……

 

site-luchon-tourisme

Voici maintenant 10 ans que Mr Louis Ferré est maire de Luchon, nous sommes aujourd'hui dans la quatrième année de sa deuxième mandature.

10 ans, cela peut paraître long…, cela parait surtout être un laps de temps suffisant pour faire évoluer la situation d'une ville dont on a la charge mais aussi pour corriger tous les défauts que l'on a soigneusement listés lors des deux campagnes municipales précédentes…

 10 ans…. Deux équipes municipales, décisionnaires et en charge de la conduite de la ville, se sont ainsi succédé….

10 ans… et que lit-on dans le dernier numéro de Luchon Actualités dont le maire de Luchon, Président de la Fédération Thermale d'Occitanie, Délégué de l'ANETT, Président du SIGAS, en est aussi le Directeur de la publication ?

En voici, ci-dessous, quelques morceaux choisis, fidèlement recopiés :

– Propos du maire : Il faut « prendre en responsabilité des décisions qui deviennent impératives. Et notamment, attirer des investisseurs privés pour réaliser les lourds investissements nécessaires pour moderniser les équipements thermaux ».

10 ans sans faire le moindre investissement dans nos thermes, hors des travaux de récupération de chaleur (dont 2 millions d'euros d'emprunt). Des travaux dont nos curistes ne bénéficient même pas….

10 ans pour en arriver à ce que la Chambre des Comptes d'Occitanie publie un rapport accablant de la gestion municipale et thermale !  (Un rapport que nous résumons en totalité dans notre prochain numéro LVA 15, à paraître en fin septembre ).

10 ans pour s'apercevoir que le mode de gestion municipal n'était pas adapté à la bonne conduite de notre établissement thermal, véritable poumon économique de Luchon ! 10 ans pour s'apercevoir que ses propres arguments de campagne de 2008 étaient erronés et trompeurs ? 10 ans pour que le maire, enseignant-chercheur à l'institut mathématique de Toulouse en arrive à cette conclusion ? 10 ans pendant lesquels, année après année, nos thermes ont perdu 1.400 curistes, ce qu'une fonction mathématique continue, pourtant facile à comprendre, peut décrire aisément !

1.400 curistes c'est une perte globale de 10% de nos curistes lorsque dans le même temps l'ensemble des stations thermales françaises connaissait une hausse de fréquentation de 25 %…

Force est de constater que mr le maire n’a pas parlé à Luchon, sur les 10 dernières années, le même langage mathématique que les autres acteurs du secteur thermal dont il est pourtant le président pour l'Occitanie. Il semble désormais avoir appris ce langage.  Nous nous en félicitions, mais quel rude et long apprentissage et qui coûte bien cher à Luchon !

Plus loin dans l'édition « exceptionnelle » de ce même fascicule, on lit :

Propos du maire :« Notre ville bénéficie d'une bonne notoriété auprès des clientèles régionales mais d'une image dégradée de station vieillissante, voire « endormie ». Luchon souffre également d'une absence d'éléments phares et emblématiques sur lesquels nous pourrions revendiquer une supériorité et défendre un positionnement clair et établi. Au tableau négatif, nous pouvons également ajouter une perte d'attractivité des thermes dans un contexte concurrentiel très soutenu. Cette situation s'explique par plusieurs facteurs : des locaux vétustes, des décisions qui nous dépassent … comme la fermeture de la ligne ferroviaire qui handicape notre station. Des acteurs privés qui n'effectuent pas les investissements nécessaires pour monter en gamme les offres des prestations. »

On croit rêver en lisant les lignes ci-dessus écrites de la main même du maire de Luchon ! On croirait lire un édito de l‘ALVA !

Ce constat concerne-t-il sa gestion personnelle de la ville ou bien celle des deux équipes municipales qui nous promettaient monts et merveilles pendant leurs campagnes électorales ?

En tous cas, quel aveu d'impuissance et d'échec ! Mais quelle objectivité dans la description !

Mr le maire oublie cependant un détail : avant de se plaindre et de demander aux prestataires privés d'investir pour monter en gamme, encore faut-il que la municipalité offre elle-même un thermalisme de qualité pour attirer une clientèle de haut de gamme…. 

Et Il affirme lui-même que nos thermes sont « vétustes » !

On croit cauchemarder ! De qui se moque-t-on ? Ainsi c'est toujours la faute aux autres et en particulier à la SNCF !

Continuons la lecture. Propos du maire : « Luchon donne cette impression que nous nous sommes reposés sur nos acquis »

Quel aveu ! Quel bilan le maire fait-il lui-même de son action : Le repos sur les acquis !!!

Plus loin ensuite on lit : « Malgré un effort considérable de la municipalité pour maintenir des investissements importants, … »

De quel effort parlons-nous ? De quels investissements importants s'agit-il ? l'école de la rue Hortense, les caméras de surveillance ? … On aimerait bien savoir. C'est sans doute ce qui explique le montant très lourd de l'encours de la dette municipale : 14 millions d'euros à ce jour, selon le rapport de la Chambre des Comptes.

Par décence, et parce qu'il ne parait pas en avoir lui-même beaucoup, nous ne rappellerons pas à Mr le Maire que l'Hospice de France dont il vante les grands mérites n'est pas de son fait mais de celui de la municipalité qui l'a précédé !

Tout comme les lacs d'Oô, d'Espingo et du Portillon ne sont pas de son fait non plus ! Tout comme les sommets de 3.000 mètres qui nous entourent…

Propos du maire: « Notre ville est une destination multi-activités et multi-sites nous permettant d'envisager plusieurs pistes de réflexion et de nous donner comme ambition de faire de Luchon le modèle de la ville de montagne ».

Je me répète : il aura fallu dix ans à Mr le maire pour s'apercevoir de tout cela ? On rêve !

Et combien de temps lui faudra-t-il pour le mettre en pratique ?

On remarquera au passage que Mr le Maire ne parle pas de la station de Superbagnères dont il a piloté la gestion en tant que Président du SIGAS. Il vaut peut-être mieux en effet passer sous silence la faillite financière de notre station de ski qui devrait passer bientôt sous le contrôle avisé du Département et de la Communauté de Communes.

Enfin pour se dédouaner de la perte de vitesse régulière et continue de nos thermes Mr le Maire n'hésite pas à dire que « 40% des stations thermales subissent la même chose » !

Il est intéressant de remarquer ici que la comparaison se porte sur les 40 % de stations qui seraient en perte de vitesse et non pas sur les 60% qui, elles, sont en progression ! Pourquoi toujours se comparer au plus mauvais au lieu de faire comme les meilleurs ?

Revenons un instant sur cette affirmation gratuite de Mr le Maire : «40% des stations sont en perte de vitesse ». 

En 2017, le marché national des cures thermales a progressé de 2.1% soit un gain de 11.293 curistes, Luchon dans le même temps a perdu 226 curistes, soit 2.3%.

Les statistiques du Conseil National des Exploitants Thermaux (CNETh) sont très claires et disponibles à tous : sur les 88 stations thermales françaises recensées, seules 25 d'entre elles ont connu une régression en 2017 (dont Luchon !) soit 28% d'entre elles et non pas 40 %.

Si l'on reprend ces mêmes stations sur 8 ans, seules 14 stations sont en perte de vitesse (dont Luchon !) soit 16% d'entre elles et non pas 40%.

Alors une conclusion : soit notre professeur de mathématiques ne sait plus compter soit il est mal informé soit c'est un menteur soit il est incompétent. Le choix est libre à qui le connait. Quelle que soit la réponse, cette équipe municipale et son chef est donc dangereuse et nocive pour notre ville et sa survie. Mr le maire et ses conseillers l'ont prouvé tout au long de ses mandats et ils nous le démontrent  naïvement dans cette édition « extraordinaire » de Luchon Actualités que je vous invite à lire et relire pour bien vérifier que moi aussi j'ai n'ai pas eu la berlue en la lisant.

Un dernier mot qui résume bien dans sa cruauté la réalité de notre ville. La revue municipale trimestrielle qui nous sert de base dans cet article donne à la fin de chaque numéro et sur une page entière, déprimante, le décompte des mariages, des naissances et des décès à Luchon et alentours. J'en ai fait la somme pour les quatre derniers numéros soit une année entière :

  • Mariages : 11
  • Naissances : 12
  • Décès : 96.

Le rapport de la Chambre des Comptes régionale d'Occitanie ne se trompe donc pas quand elle parle du déclin démographique de notre ville !

Vivement le changement à Luchon pour notre avenir et celui de nos vallées.

 

Eric Azémar

P.S : Et si la mairie publiait le rapport du Cabinet Horwath dont le maire se sert pour découvrir aujourd'hui la réalité de la ville ?

P.S 2: au fait, il coûte combien ce nième rapport ?

P.S 3. Et le simple bon sens, ca coûte combien ?

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires

Jack | 6 septembre 2018 à 17 h 29 min Répondre

Triste et démoralisant. Nous avons acheté il y a 10 ans en résidence de tourisme à St Mamet, on nous vantait le dynamisme de la ville, le TGV qui amenait des flots de curistes, le Tour de France, les hôtels et restaurants florissants.

En 10 ans, nous notons et pourtant nous ne venons qu’une fois l’an à Luchon : le bâtiment contenant le casino est décrépi et vide, le parc adjacent négligé et tristounet, les télécabines sont vieillissantes et souvent à l’arrêt, la station de Superbagnères tristounette pour ne pas dire pire, certains quartiers de la ville (aux alentours du marché) vraiment vides, le TGV n’arrive plus à Luchon…

Nous aimons beaucoup cette jolie petite ville mais vraiment, elle a besoin d’un coup de jeune et si l’équipe en place a fait du sur place depuis 10 ans, eh bien qu’elle laisse la place à plus dynamique et plus volontaire, il y a du pain sur la planche et le retard à rattraper va prendre du temps …

Fraisse | 29 août 2018 à 13 h 04 min Répondre

Et avant lui il a fait quoi Rettig?

    eazemar | 29 août 2018 à 13 h 58 min Répondre

    Bonjour . Merci de votre commentaire constructif pour Luchon.
    Le bilan des mandatures de R Rettig a été fait en son temps il me semble mais cela fait maintenant plus de 10 ans…
    Je prefere regarder ce qui se fait maintenant …… et je ne crois pas être seul.
    D’autant que votre référence à R Rettig est pour le moins curieuse… pour ne pas dire autre chose….

Mourere pierre | 24 août 2018 à 9 h 29 min Répondre

Des changements oui!
Mais pas de partis politiques tout simplement des gens qui oeuvrent pour Luchon!
La politique politicienne a tue notre ville !

    eazemar | 24 août 2018 à 18 h 21 min Répondre

    A l’Alva, notre parti c’est Luchon.

FERRE Marie Chantal | 24 août 2018 à 7 h 18 min Répondre

Affligeant de voir le temps qu’il aura fallu à Louis Ferré pour reconnaître que sa politique est un dramatique fiasco. Le désordre navrant dans les priorités qu’il n’a pas su mesurer, les emprunts pharaoniques pour des projets qui auraient eu de l’intérêts à la condition que des sujets primordiaux et vitaux n’ aient été négligés comme la rénovation des thermes. On peut penser que la perspective des futures municipales soit le déclencheur de sa confession. S’il était un élu responsable, devant ce constat qui aura coûté très cher à notre ville, l’idée de se représenter ne devrait même pas lui effleurer l’esprit!!!!
Louis Ferré est la personnification du mensonge, de la mauvaise foi et par dessus tout celle de l’incompétence totale de gérer une ville comme la notre.
L”ALVA est l’épine planté dans ses ambitions, dans son égo qui ne supporte pas la contestation, l’échange et le débat d’idées. Il vient de prendre conscience que cette opposition est la seule alternative au salut de Luchon.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher