Le Grand-Orgue Aristide Cavaillé-Coll de l'église Notre-Dame de l'Assomption de Bagnères-de-Luchon

 

buf_plarge_15cm

                                                                                             Journées Européennes du Patrimoine  

Parmi les nombreux bijoux que possède la Reine des Pyrénées, il en est un qui est un peu caché aux yeux des promeneurs mais qui mérite cependant qu'ils fassent un détour pour le découvrir : c'est le Grand-Orgue Cavaillé-Coll de l'église de Luchon.

Aristide Cavaillé-Coll : « Facteur de grandes orgues »

Aristide Cavaillé-Coll (1811 – 1899) est l'un des plus grands facteurs d'orgue français. Au cours de sa longue carrière, entre 1840 et 1890, il a construit plus de 600 instruments, pour des particuliers, des conservatoires, des salles de concerts et, bien entendu, pour des édifices religieux.

La très grande qualité de ces instruments, quand ils ont été correctement entretenus, leur a permis de traverser les décennies sans se détériorer, sans qu'il soit nécessaire de faire de lourdes réparations. La plupart chantent encore aujourd'hui quasiment comme au jour de leur inauguration.

Cette supériorité des orgues Cavaillé-Coll réside d'abord dans le choix des matériaux employés : des bois pour réaliser les structures portantes et le buffet, des métaux et des alliages pour la mécanique et les tuyaux. Il y a ensuite l'équipe de professionnels très compétents que forment les artisans et les compagnons de l'atelier de Cavaillé-Coll. Enfin, il y a le génie propre d'Aristide Cavaillé-Coll qui a travaillé toute sa vie à améliorer son art : que ce soit dans le domaine de la composition de chaque orgue qui doit être adapté à la taille de l'espace qui va l'accueillir, comme dans celui, plus technique, de son alimentation en vent et de toute la mécanique très complexe qui relie les claviers aux tuyaux.

La qualité remarquable de tous ces instruments fait que depuis longtemps on dit simplement que telle ou telle église possède « un Cavaillé-Coll » sans qu'il soit nécessaire de préciser qu'il s'agit d'un orgue magnifique.

Nous avons la chance à Luchon de posséder un Cavaillé-Coll que beaucoup d'autres villes, bien plus importantes que la nôtre, nous envient ! Voici donc l'histoire de cet instrument…

La commande

L'église de Luchon fut considérablement agrandie entre 1847 et 1855. Sans doute pour des raisons financières, le nouvel édifice conserva le petit orgue qui s'y trouvait. Mais si cet instrument avait été en rapport avec la petite taille de l'ancienne église, il n'était vraiment plus adapté au volume important du nouvel édifice. Quelques années plus tard, la fréquentation grandissante de l'église par les curistes et les touristes imposa désormais d'y installer un orgue à sa hauteur.

A l'automne 1869 la décision est donc prise de remplacer le petit instrument vieillissant. On fait appel au meilleur facteur d'orgues de l'époque : Aristide Cavaillé-Coll, dont les ateliers sont à Paris.

Les deux premières propositions de Cavaillé-Coll, en décembre 1869 et en janvier 1870, ne sont pas jugées satisfaisantes par la paroisse : le premier instrument proposé est trop petit, le second trop cher !

Alors, pour trouver un compromis, Cavaillé-Coll fait en février une troisième proposition originale :

«  Si vous ne tenez pas absolument à mettre le nouvel orgue en accord avec le style architectural de l’église, je pourrais vous proposez une bonne affaire.

J’ai en ce moment à l'atelier un ancien buffet style Louis XIV en vieux chêne sculpté dans lequel nous avons monté un orgue neuf de 30 registres à trois claviers et pédalier qui remplirait bien toutes les conditions de sonorité désirables. »

Cette proposition est acceptée et la commande signée en mars 1870. La livraison de l'instrument et son installation sur la tribune se font sans tarder.

L'inauguration a lieu le 30 juillet 1870 par Ignace Leybach, organiste titulaire de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse qui déclare à cette occasion : « Les instruments de Monsieur Cavaillé-Coll sont de véritables chef-d'œuvres qui ne laissent rien à désirer ».

Restaurations et Evolutions

En 1905, en application de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat, l'orgue et l'église deviennent la propriété de la Mairie de Luchon. Depuis cette date la Ville a donc la responsabilité de l'entretien régulier de l'instrument afin d'assurer son bon fonctionnement.

En 1912, l'orgue fut nettoyé par la célèbre Maison Puget et il fut équipé d'un ventilateur électrique pour apporter le vent aux tuyaux. Rappelons qu'en 1912 très peu de maisons à Luchon avaient l’électricité et que les orgues de Notre-Dame de Paris devront attendre 1924 pour recevoir leur premier ventilateur électrique ! La Maison Puget intervint à nouveau pour différents travaux en 1935 puis en 1942.

Une première restauration de l'instrument eut lieu en 1962. Elle fut initiée par Maurice Duruflé (1902-1986), compositeur et organiste de l'église Saint-Etienne-du-Mont à Paris qui fréquentait Bagnères-de-Luchon.

Les différentes sonorités du Cavaillé-Coll de 1870 étaient en rapport avec la musique de son temps, que l'on pourrait qualifier de « Romantique ». La restauration de 1962 a mis l'instrument « au goût du jour » mais les transformations apportées l'ont rendu bien différent de celui qui avait été pensé et réalisé par Cavaillé-Coll.

Comme les modes ne durent qu'un temps, la volonté de revenir au Cavaillé-Coll d’origine est prise vers 1985. En 1990 les travaux sont confiés au facteur Robert Chauvin, de Dax, qui entreprend une restauration complète de l'instrument et lui rend sa personnalité d'origine.

Michel Bouvard, organiste, compositeur, professeur au Conservatoire de Toulouse et concertiste international est venu inaugurer l'instrument le 25 avril 1992.

En Juillet 2010 l'association « Les Amis de l'Orgue de Luchon » est fondée dans le but de faire connaître et rayonner ce magnifique instrument au delà des limites du Luchonnais.

A l'initiative de cette association, le Grand-Orgue Aristide Cavaillé-Coll de Luchon est classé Monument Historique en décembre 2012.

Le lecteur trouvera de plus amples renseignements sur l'orgue, mais aussi sur la vie de Cavaillé-Coll et sur l'église de Luchon en se rendant sur le site

de l'Association des Amis de l'Orgue de Luchon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Les Journées Européennes du Patrimoine

 

 

 

Parmi les nombreux bijoux que possède la Reine des Pyrénées, il en est un qui est un peu caché aux yeux des promeneurs mais qui mérite cependant qu'ils fassent un détour pour le découvrir : c'est le Grand-Orgue Cavaillé-Coll de l'église de Luchon.

Aristide Cavaillé-Coll : « Facteur de grandes orgues »

Aristide Cavaillé-Coll (1811 – 1899) est l'un des plus grands facteurs d'orgue français. Au cours de sa longue carrière, entre 1840 et 1890, il a construit plus de 600 instruments, pour des particuliers, des conservatoires, des salles de concerts et, bien entendu, pour des édifices religieux.

La très grande qualité de ces instruments, quand ils ont été correctement entretenus, leur a permis de traverser les décennies sans se détériorer, sans qu'il soit nécessaire de faire de lourdes réparations. La plupart chantent encore aujourd'hui quasiment comme au jour de leur inauguration.

Cette supériorité des orgues Cavaillé-Coll réside d'abord dans le choix des matériaux employés : des bois pour réaliser les structures portantes et le buffet, des métaux et des alliages pour la mécanique et les tuyaux. Il y a ensuite l'équipe de professionnels très compétents que forment les artisans et les compagnons de l'atelier de Cavaillé-Coll. Enfin, il y a le génie propre d'Aristide Cavaillé-Coll qui a travaillé toute sa vie à améliorer son art : que ce soit dans le domaine de la composition de chaque orgue qui doit être adapté à la taille de l'espace qui va l'accueillir, comme dans celui, plus technique, de son alimentation en vent et de toute la mécanique très complexe qui relie les claviers aux tuyaux.

La qualité remarquable de tous ces instruments fait que depuis longtemps on dit simplement que telle ou telle église possède « un Cavaillé-Coll » sans qu'il soit nécessaire de préciser qu'il s'agit d'un orgue magnifique.

Nous avons la chance à Luchon de posséder un Cavaillé-Coll que beaucoup d'autres villes, bien plus importantes que la nôtre, nous envient ! Voici donc l'histoire de cet instrument…

La commande

L'église de Luchon fut considérablement agrandie entre 1847 et 1855. Sans doute pour des raisons financières, le nouvel édifice conserva le petit orgue qui s'y trouvait. Mais si cet instrument avait été en rapport avec la petite taille de l'ancienne église, il n'était vraiment plus adapté au volume important du nouvel édifice. Quelques années plus tard, la fréquentation grandissante de l'église par les curistes et les touristes imposa désormais d'y installer un orgue à sa hauteur.

A l'automne 1869 la décision est donc prise de remplacer le petit instrument vieillissant. On fait appel au meilleur facteur d'orgues de l'époque : Aristide Cavaillé-Coll, dont les ateliers sont à Paris.

Les deux premières propositions de Cavaillé-Coll, en décembre 1869 et en janvier 1870, ne sont pas jugées satisfaisantes par la paroisse : le premier instrument proposé est trop petit, le second trop cher !

Alors, pour trouver un compromis, Cavaillé-Coll fait en février une troisième proposition originale :

«  Si vous ne tenez pas absolument à mettre le nouvel orgue en accord avec le style architectural de l’église, je pourrais vous proposez une bonne affaire.

J’ai en ce moment à l'atelier un ancien buffet style Louis XIV en vieux chêne sculpté dans lequel nous avons monté un orgue neuf de 30 registres à trois claviers et pédalier qui remplirait bien toutes les conditions de sonorité désirables. »

Cette proposition est acceptée et la commande signée en mars 1870. La livraison de l'instrument et son installation sur la tribune se font sans tarder.

L'inauguration a lieu le 30 juillet 1870 par Ignace Leybach, organiste titulaire de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse qui déclare à cette occasion : « Les instruments de Monsieur Cavaillé-Coll sont de véritables chef-d'œuvres qui ne laissent rien à désirer ».

Restaurations et Evolutions

En 1905, en application de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat, l'orgue et l'église deviennent la propriété de la Mairie de Luchon. Depuis cette date la Ville a donc la responsabilité de l'entretien régulier de l'instrument afin d'assurer son bon fonctionnement.

En 1912, l'orgue fut nettoyé par la célèbre Maison Puget et il fut équipé d'un ventilateur électrique pour apporter le vent aux tuyaux. Rappelons qu'en 1912 très peu de maisons à Luchon avaient l’électricité et que les orgues de Notre-Dame de Paris devront attendre 1924 pour recevoir leur premier ventilateur électrique ! La Maison Puget intervint à nouveau pour différents travaux en 1935 puis en 1942.

Une première restauration de l'instrument eut lieu en 1962. Elle fut initiée par Maurice Duruflé (1902-1986), compositeur et organiste de l'église Saint-Etienne-du-Mont à Paris qui fréquentait Bagnères-de-Luchon.

Les différentes sonorités du Cavaillé-Coll de 1870 étaient en rapport avec la musique de son temps, que l'on pourrait qualifier de « Romantique ». La restauration de 1962 a mis l'instrument « au goût du jour » mais les transformations apportées l'ont rendu bien différent de celui qui avait été pensé et réalisé par Cavaillé-Coll.

Comme les modes ne durent qu'un temps, la volonté de revenir au Cavaillé-Coll d’origine est prise vers 1985. En 1990 les travaux sont confiés au facteur Robert Chauvin, de Dax, qui entreprend une restauration complète de l'instrument et lui rend sa personnalité d'origine.

Michel Bouvard, organiste, compositeur, professeur au Conservatoire de Toulouse et concertiste international est venu inaugurer l'instrument le 25 avril 1992.

En Juillet 2010 l'association « Les Amis de l'Orgue de Luchon » est fondée dans le but de faire connaître et rayonner ce magnifique instrument au delà des limites du Luchonnais.

A l'initiative de cette association, le Grand-Orgue Aristide Cavaillé-Coll de Luchon est classé Monument Historique en décembre 2012.

Le lecteur trouvera de plus amples renseignements sur l'orgue, mais aussi sur la vie de Cavaillé-Coll et sur l'église de Luchon en se rendant sur le site

de l'Association des Amis de l'Orgue de Luchon

http://orgue.luchon.free.fr

                                                                              

 

 

      

 

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher