BILAN

 

585e9516fd0e01781e09f3f985381042

 

En mettant de l'ordre dans des vieux papiers (nettoyage de printemps) j'ai fait tomber du fond d'un tiroir Bilan 2008-2014, avec Louis Ferré Luchon Avance (campagne des municipales 2014).

On y lit :

Juste après 3 pages d'autosatisfaction à la langue de bois élogieuse : nous avons procédé à des baisses régulières de nos impôts notamment à la mesure des transferts de compétences pris en compte par la fiscalité propre à l'intercommunalité. Je me suis dit : « tiens…ce n'est pas le souvenir que j'en ai » alors j'ai ressorti le dossier fiscal d'un appartement rue Soulérat d'où il s'avère que l'impôt foncier est passé de 693 € en 2008 à 817 € en 2014, soit une augmentation de 18% en 6 ans et l'intercommunalité (incluse) est passée de 29 € en 2010 à 61 € en 2014, soit une augmentation de 110% en 4 ans !…

(Je vais continuer à lire cet opuscule municipal amusant)

Après la farce fiscale on trouve : la stabilité administrative et technique retrouvée (grâce à la) réorganisation rationnelle de l'ensemble des services administratifs et techniques de la ville, des thermes et de Era Caso . C'est l'ère de la municipalisation, de la régie et de l'emprise administrative qui se traduira par la rupture du contrat avec Altiservice et par la prise en mains par des fonctionnaires territoriaux : on embauche ! Cela fait toujours plaisir de voir qu'on lutte contre le chômage et qu'on crée des emplois…, mais quels emplois ? Comme l'armée sud-américaine des vieilles plaisanteries qui n'était composée que généraux, le maire a recruté :

  • à la mairie : 1 Directeur général des services + 1 Directeur des services techniques
  • aux thermes : 1 Directeur général + 1 Directrice des ressources humaines + 1 Hygiéniste + 1 Commercial
  • à Luchon Forme et Bien-être : 1 Directeur
  • au golf : 1 Directeur
  • à l'Office du tourisme : 1 Responsable professionnel .

Au-delà de la nécessité de ces embauches on est en droit de se poser la question de l'évolution des budgets de fonctionnement.

A la suite de la stabilité administrative et technique retrouvée, vient : un secteur touristique redynamisé où il est démontré – courbe à l'appui – que la fréquentation de Luchon-Superbagnères, après de années de baisse-stagnation, repart à la hausse de 2008 à 2012 (après ?). Cette courbe est le résultat d'une consultation de la part du maire auprès de la société Comète-conseils (la municipalité précédente n'avait pas fait appel à cette société).

Après ce résultat, satisfaisant, le maire a par la suite refait appel à Comète-conseils pour plusieurs autres études. C'est ainsi qu'en 2015 la mairie de Luchon a réglé une facture de 10.000 € pour l'étude de l'aménagement de l'Hôtel Lassus Nestier (étude suivie d'une réalisation ?), et une autre facture de 20.000 € ! pour une étude prospective sur le bien-vivre à Luchon (afin de) dessiner un aménagement cohérent et respectueux de l'environnement (encore un bel exemple de langue de bois). Pour une telle somme le dossier devait comporter un ensemble important de recommandations ? Est-ce que quelqu'un en a entendu parler, et surtout a vu le début du commencement de la réalisation d'une de ces recommandations dans notre ville ?

En tout cas pas ce journaliste espagnol du journal El Mundo qui a écrit le 15 Juillet 2016 : « …à Bagnères de Luchon, une cité rongée par la décadence, côté français des Pyrénées. Les hôtels fermés, des immeubles abandonnés, les trottoirs pleins de nids de poules, une atmosphère de plusieurs années de retard qui contraste avec celle du Val d'Aran, ses supermarchés près de la frontière et la promotion du tourisme à Bossost et à Viella , où les trottoirs sont entretenus et fleuris , les restaurants et hôtels dans leur plus grande splendeur. » Chauvinisme espagnol mis à part, pauvre reine des Pyrénées déchue ! et quel pavé dans la mare de la stratégie de communication dont se targue le maire !

Résumons la suite de cet opuscule ;

Superbagnères:

C'est l'énumération des divers investissements et la mention dans la rubrique « autres petits investissements » : Etude pour le développement de la station : 93.480 € HT !! Encore une étude dont on voudrait bien connaître les termes…Quoi d'autre ? l'annonce, qui deviendra annuelle, de la création d'une SEM…

Thermalisme:

Après avoir contenu la perte de la clientèle, le maire annonce une hausse importante +4,6% en 2011. Mais si on se réfère aux chiffres officiels on note : 13.355 curistes en 2010 et 13.124 en 2011, soit une baisse de 1.74% !! , dans la lignée de baisse continue pendant que l'ensemble de la profession ne cesse de progresser. Tout va s'arranger : le maire met en place une direction stable (depuis lors, 2 directeurs ont été usés sans que la perte de clientèle soit stoppée) et il annonce…une étude de faisabilité de la mise en place d'une société publique locale (SPL) avec l'élaboration d'un business plan…

Luchon Forme et Bien-être:

Un audit pour création d'un organigramme, réorganisation des services…  Des investissements utiles et …une étude de faisabilité de l'extension de l'espace.

 Hospice de France:

Achèvement des travaux et…une étude d'aménagement de la haute Vallée de la Pique.

 Que contiennent toutes ces nouvelles études et quels en sont les résultats pratiques ? Il ne sera pas superflu d'effectuer l'examen du compte « frais d'études » de chacune de ces dernières années en parallèle du contrôle de la (non-)réalisation des prescriptions de ces études.

Derniers paragraphes du bilan :

Ils concernent : Animation, Associations, International, Education (on a déjà beaucoup commenté tous les inconvénients du regroupement des écoles), Travaux-Urbanisme (qui ne fait aucune mention de la mise en œuvre des études), Accessibilité, Sécurité, Santé, Social.

Tout ce qui y a été fait n'appelle aucun autre commentaire que : « c'était la moindre des choses »

Un détail cependant : le maire a mis en place une campagne biannuelle de rebouchage des trous dans les rues mais au lieu de 2 fois par an, comme son nom l'indique, elle se produit plutôt tous les 2 ans (ou plus).

Bizarrement aucun paragraphe ne mentionne le Casino, qui n'est pourtant pas un sujet mineur (un oubli ?). Il faut savoir que début 2011 la Société qui le gérait a été déclarée en liquidation pour une dette de 350.000 € (*), dans l'indifférence (malveillante ?) de la municipalité. Cette Société détenait par ailleurs une créance de 650.000 € (*) pour un prêt consenti au Festival des créations télévisuelles. (* La Dépêche du 24/06/2011). Les mauvaises langues de l'époque disaient « veut-on tuer le créancier pour faire disparaître la dette ? » (Loin de nous cette idée).

La Justice, saisie par le gérant de la Société », dira son verdict…

Après cette première fermeture du  Casino, on confia la délégation à une équipe qui réalisa une brève réouverture clôturée par l’inculpation d’un des gérants! Un bon choix du maire… qui réalise l’exploit de fermer 2 fois le casino au cours de son mandat !

 A la fin de la lecture de ce bilan je retire l'adjectif « amusant » que j'ai écrit au début , car l'ensemble est plutôt consternant : beaucoup d'autosatisfaction , de démagogie , de langue de bois , quelques contrevérités , un « oubli » important et ce chapelet d' « études » qui « meuble » , coûte cher mais dont les résultats sont invisibles (devant le doute sur l'utilité de ces études les mauvaises langues  n'ont pas manqué de murmurer que Comète-conseils pourrait n'être qu'une machine à rétro-commissions. Quant à Comète -conseils nous affirmons que nous refusons d'imaginer la véracité d'une allégation qui, elle-même, a été émise au conditionnel…

 

Les résultats de l'analyse de ce bilan 2008-2014 sont autant de raisons pour examiner de près la suite, c'est-à-dire le mandat en cours, sans attendre un éventuel bilan 2014-2020.

                                                      M.B.

 

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher