« L’enfer c’est les autres »

 ,

site-luchon-lenfer

Le maire de Luchon a convié le samedi 29 juin l’ensemble des habitants de Luchon et les propriétaires de résidences secondaires à une réunion publique où ont été abordés la situation budgétaire de la commune, les projets de développement économique et le programme des animations estivales. Cette présentation, très professorale, était de qualité car notre maire maîtrise parfaitement tout ce qui est communication. Mais c’est sur la fin de l’exercice que les choses ont commencé à déraper d’où le titre de cet article !

« L’enfer c’est les autres ». Cette citation est une des plus fameuses de Jean-Paul Sartre. Elle achève la pièce de théâtre Huis Clos. C’est ainsi que cette réunion a été l’occasion pour le maire de rejeter sur les autres certains de ses retentissants échecs. En effet, les autres nous privent parfois de notre liberté et cela peut être frustrant ! (Ce n’est pas le gendarme qui parle !).

Ainsi nous avons appris que l’office intercommunal du tourisme allait migrer à Fronsac (vous avez bien lu !). Ce qui bien sûr n’est pas une bonne nouvelle pour Luchon et son développement économique et touristique. Toute la responsabilité en est rejetée sur le président de la communauté de communes sans qu’aucune amorce d’autocritique ne soit esquissée. Des négociations ont-elles été engagées ? Des contre-propositions faites ? pour que cette situation ne devienne pas irréversible. Comment en est-on arrivé là ? Nous n’avons pas eu de réponses. Si ce n’est une critique en règle du président de la communauté de communes qui est pourtant du même bord politique que notre édile local ! Il est vrai que la communauté de communes du pays de Luchon a légué une dette de 4,2M d’€ à la communauté de communes des Pyrénées Haut-Garonnaises, obligeant cette dernière à une gestion des plus rigoureuses. La dette de la communauté de communes Pyrénées Haut-Garonnaise était de 4,9M€ en 2017. L’ancienne communauté de communes du pays de Luchon représentait 87% du montant de cette dette soit 4,2M€. La communauté de commune de Saint-Béat représentait 13% soit 614 000€. D’où rancœur et animosité, l’office intercommunal ne fait même plus la promotion touristique des thermes de Luchon à leur ouverture ce qui bien sûr n’aide pas à enrayer la baisse du nombre de curistes et les 3 employés auparavant envoyés en renfort à Luchon vont être rapatriés sur Gourdan-Polignan.

L’abandon du projet de casino dans les thermes est également l’occasion pour le maire de jeter l’opprobre sur les autres. Si mon bilan n’est pas bon, c’est bien sûr la faute des autres ! Devant l’opposition rencontrée par ce projet (pétition signée par 750 personnes) n’aurait-il pas été judicieux de soumettre le projet à référendum local ? Ainsi le projet aurait été soit rejeté ce qui aurait permis de rendre l’appel d’offre infructueux pour repartir sur un nouveau projet dans le vrai casino, soit il aurait été accepté par une majorité de Luchonnais et l’opposition aurait été ainsi muselée. Il est vrai toutefois que la situation économique du casinotier aurait dû aiguiser la méfiance des élus.

A l’occasion de la mise en œuvre de la procédure de délégation de service public des thermes, le maire nous a dévoilé que lors de sa première élection en 2008 il avait constaté que les employés thermaux n’avaient ni statut, ni contrat, ni protection, embauchés selon lui à la journée. Pourquoi alors avoir attendu 2014 pour remédier à cette situation et 2018 pour envisager de procéder à une délégation de service public au privé le tout dans une certaine précipitation ?

Certes l’association Luchon Vallées Avenir s’est toujours prononcée pour une solution de ce type seule à même d’assurer le développement économique de notre cité. Il est maintenant à souhaiter que le cabinet choisi pour mener l’appel d’offre soit rigoureux dans sa démarche sous peine de voir un des concurrents non retenus à l’occasion de la procédure de mise en concurrence attaquer la décision en justice et retarder cette procédure pourtant urgente et vitale pour l’économie locale.

Pour décrire un des traits de caractère de la personnalité de notre « leader bien aimé » qui ne supporte aucune forme de contradiction ou d’opposition, outre le fait que notre association a été virée sans ménagement de la salle qui avait été mise à disposition par la mairie par convention deux fois par mois pour qu’elle puisse réunir ses adhérents, il nous est également impossible d’obtenir une salle de réunion municipale pour organiser une réunion publique ou une conférence

et lorsque l’accord arrive, il est donné l’avant-veille ce qui rend impossible l’organisation matérielle de la réunion.

Il a par ailleurs récemment fait téléphoner son directeur de cabinet au Directeur de la chambre de commerce et d’industrie suite à un entretien que nous avions eu avec ce dernier sur la situation économique du Sud Comminges pour connaître la nature de nos questions. La chambre de commerce diffuse des documents qui sont accessibles à tous et il n’est pas interdit de s’informer.

 

Et enfin dans la série « l’enfer c’est les autres » et comme un malheur n’arrive jamais seul, ce sont maintenant ses amis politiques d’hier, qui ont annoncé leur candidature à la mairie de Luchon avec la constitution d’une liste pour les prochaines élections municipales, ce qui pour lui est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

Si cette liste est appelée à mordre sur l’électorat de monsieur Ferré, le fait d’avoir 2 listes d’opposition face à lui renforce ses chances d’être élu une troisième fois. Je vous laisse imaginer dans quel état il laissera Luchon s’il exerce un troisième mandat !

 Pierre Fourcadet.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire

Michel CADET | 9 juillet 2019 à 17 h 36 min Répondre

Analyse clairvoyante et…mesurée. Mais que de sujets encore à commenter!! Comment peut-on être aussi aveugle devant l’évidence!”Bizarre comme c’est bizarre “(autre citation bien connue!)Michel Cadet

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher