Réouverture de la ligne Luchon – Montréjeau…. des nouvelles

 ,

train à luchon

Le 12 mai 2017, s'est tenue, à Luchon, salle Henri Pac, une réunion publique organisée à l’initiative de la Région Occitanie.

En voici le Compte rendu succinct, sans aucune interprétation de la part de l'ALVA. Nous donnerons plus tard notre opinion sur le sujet.

 

Présents à la tribune:

– Mme C Delga, Présidente de la région Occitanie

– Mr P Rival, conseiller départemental

– Mr J. Gros, 1er Vice président de la Communauté de  communes,

– Mr L Ferré, maire de Luchon,

– Une conseillère régionale.

– Le représentant de la SNCF, en charge des études.

 

Mme Delga  et le représentant SNCF seront les seuls à prendre la parole après les mots de bienvenue du maire.

Mme Delga annonce que la décision ferme et définitive de ré-ouvrir la ligne Luchon Montréjeau a été prise à l’issue des Etats Généraux du Rail qui ont eu lieu en 2016.

Deux raisons principales à cette décision:

– la volonté d’inclure le transport public ferroviaire dans une politique d’aménagement du territoire

– la région Occitanie connait la plus forte croissance de population du pays : elle accueille chaque année 52.000 nouveaux habitants. La solution ” route” et les engorgements qu’elle provoque ne peut donc plus suffire

– Mme Delga précise que la région Occitanie est la seule de France a ré-ouvrir des lignes de chemin de fer. Sur les 15 ans à venir elle va en ré-ouvrir 6.

Celle de Luchon Montréjeau sera la première à voir le jour.

 

Quelques points:

– longueur de la ligne : 36 km, mise en service en 1873 et fermée en 2014 car les structures étaient trop dégradées pour assurer la sécurité des voyageurs.

– 3 scénarios ont été envisagés :

    – dépose totale de la ligne, coût 12 millions d’euros

    – ligne diesel, coût 36 millions d’euros

    – ligne électrifiée, coût 56 millions d’euros.

Pour des raisons budgétaires la solution Diesel est retenue, 36 millions représentent un bel effort financier, sur ces 36 millions, 26 seront pris en charge par la région, l’Etat et la SNCF se répartissant le reste. Les 20 millions supplémentaires pour électrifier la ligne ne se justifient pas d’aprés elle.

Le matériel roulant sera bi-modal c’est à dire électrique après Montréjeau et thermique de Luchon à Montréjeau.

Trois haltes sont prévues entre Luchon et Montréjeau.

Le déficit d’exploitation annuel est estimé à plus de 4 millions d’euros, entièrement pris en charge par la Région.

 

5 Aller Retour par jour sont prévus:

– 2 A/R Luchon Toulouse

– 3 A/R Montrejeau Toulouse

 à ceux ci viennent s’ajouter 7 A/R quotidiens en bus Luchon/St Béat/ Val d’aran/ Montréjeau

La SNCF et l’Etat ont pris la décision de supprimer tous les trains de nuit ( sauf peut-être une ligne) par manque de rentabilité. La liaison Tarbes/Toulouse – Paris de nuit sera supprimée soit au 1er juillet soit au 1er octobre.

Le temps de transport entre Luchon et Montréjeau est estimé à 35 minutes y compris les trois haltes. Vitesse espérée sur la ligne 90km/h.

Il sera aussi possible de faire transporter du frêt par le rail mais rien n’est organisé à ce stade.

 

Calendrier prévu:

d’aujourd’hui à 2018 ( soit 18 mois) : études préliminaires pour un cout de 330.000 euros.

Début des travaux 2019.

Mise en exploitation de la ligne : début 2021

 

Il semble donc que le projet verra bien le jour.

 

Eric Azémar

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires

Christian Bauzerand | 1 janvier 2019 à 18 h 21 min Répondre

Bien sûr, il faut une politique volontariste pour réouvrir la ligne Montréjeau-Luchon. Dommage que la région s’interdise de faire appel à la concurrence, car on verrait bien que les coûts SNCF sont exorbitants, afin de dissuader ce type de démarche.
Oui, il y a donc bien une solution pour faire vivre les lignes non TGV sans gaspiller l’argent public. (Cf. les chemins de fer corses, la ligne Guinguamp-Paimpol, etc…)
Quant à la suppression des trains de nuit, c’est un scandale. Il faut espérer qu’un opérateur privé se montrera intéressé, voire étranger. Il y a un marché à prendre. (cf. Les ÖBB avec Nightjet!).
Bref, il ne faut pas écouter les sirènes du tout-routier qui font le jeu de la SNCF et du lobby de la bagnole depuis si longtemps… (cf. ci-dessous).

    eazemar | 2 janvier 2019 à 8 h 52 min Répondre

    L’article auquel vous répondez date de plus d’un an ….. depuis ce temps, les choses ont changé et il semble que la réouverture de cette ligne soit moins probable qu’en 2017…. D’accord avec vous, il n’est pas sain que la Région verrouille tout débat et centralise tout à ce niveau.

Cadet Michel | 14 mai 2017 à 17 h 38 min Répondre

26 millions dépensés par la région pour véhiculer un à trois dizaines de clients par jour avec un déficit prévu de 4 millions par an on peut se poser la question: est-ce le meilleur investissement pour relancer Luchon? Pour moi il n’y a pas a hésiter: engageons les 26 millions sur Luchon pour rénover les thermes, renouveler le téléporté, créer un espace thermo ludique et alléger l’énorme dette de la commune. Le résultat sera 100 fois plus utile pour l’économie locale que le retour du train avec en prime la suppression des trains de nuit!!
Je n’ose pas appeler nos édiles “responsables”! L’argent du contribuable doit être dépensé après avis de celui-ci et je regrette l’activisme de l’association de défense du train qui vit sur une image du passé . Michel Cadet

    Roy Francois | 15 mai 2017 à 19 h 06 min Répondre

    Entièrement d’accord avec votre analyse !

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher