Taxe… quand tu nous tiens !

 , ,

site-taxes-luchon

Depuis plusieurs semaines un bon nombre de loueurs en meublés de Luchon ont constitué un “collectif”.

Le motif ? Ils s’aperçoivent qu’ils sont, au moins, doublement imposés sur le même bien immobilier lorsque ce dernier est déclaré comme mis en location saisonnière meublée ( ce qui n’est pas rare à Luchon !). On leur demande en effet d’acquitter :

  • Taxe d’Habitation,

et

  • C.F.E ( taxe qui remplace la Taxe professionnelle).

Cette double taxation ne s’appliquait pas jusqu’en 2016. Comme le permet la loi, la mairie prenait chaque année un arrête municipal d’exonération de la taxe d’habitation pour les locations meublées, et ce parce que Luchon est classée en zone de revitalisation rurale.

Depuis 2017 la mairie de Luchon, en ne renouvelant pas cet arrêté d'exonération, met donc deux impôts à la charge des loueurs !

Il est vrai qu’apparemment La mairie de Luchon a désespérément besoin d’argent: elle le prend donc dans la poche des propriétaires de résidences secondaires qui espèrent tirer un revenu de leurs locations.

Hélas ! On peut aujourd’hui constater que pour un même bien immobilier mis en location saisonnière, ce dernier est porteur d’au moins 5 taxes:

  • la taxe foncière
  • la taxe d’habitation ( y compris taxe d’enlèvement des ordures ménagères, …)
  • la C.F.E
  • l’impôt sur le revenu
  • la taxe de séjour. (réglée par le locataire).

Dans ces conditions, le rapport locatif est-il encore intéressant et quel est la conséquence probable de cette super taxation ?

Probablement, une forte incitation à ne plus déclarer la location en meublé et  à passer par des services type RBNB:

      C.F.E, taxe de séjour et impôt sur le revenu locatif disparaissent alors pour le loueur mais aussi pour la commune !

 

Ainsi l’adage se vérifie: trop d’impôt tue l’impôt !

Eric Azémar

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires

Michel Burgorgue - | 9 février 2018 à 18 h 49 min Répondre

Bonjour.

Bonjour.
– Evidemment, ce n’est pas en amputant les ressources des propriétaires de résidences secondaires, que ceux-ci pourront investir pour améliorer le standing intérieur des logements, mais aussi l’aspect extérieur (boite aux lettres, sonnettes, entretien des volets, pancartes) qui laisse vraiment à désirer.
– Ensuite, comme il est dit plus haut, la fiscalité doit être pensé au niveau du canton. Pour cela : une seule solution, le regroupement des communes prévu depuis la Loi Marcellin de 1970. La vallée du Larboust, 12 communes totalisant moins de 600 habitants ; la vallée d’Oueil, 8 communes arrivant à 200 ht ! Total de ces 20 communes : autour de 800 ht. Cela fait des années que cette trentaine de communes, avec celles de la vallée de la Pique ne devrait en constituer q’ une seule : LUCHON, gros bourg d’au moins 5 000 habitants. Les subventions (de Paris) seraient beaucoup plus conséquentes. Mais bien sûr, pour des raisons électorales et bassement politiciennes, la Présidente de Région, les Maires locaux, s’accrochent à leur poste ! Au détriment du contribuable !

Jean-Claude Anizan | 4 février 2018 à 10 h 27 min Répondre

Bonjour
Je suis moi aussi touché par ce double impôt que je trouve injuste car il ne touche que les luchonnais (et pas les villages alentours : Saint-Mamet, Montauban, etc …)
S’il faut payer pour renflouer les caisses, pourquoi pas … mais il faut une solidarité au niveau du canton : soit tout le monde paie … soit personne (et surtout pas uniquement les luchonnais qui sont les vaches à lait du territoire)
Pouvez-vous me donner les coordonnées du collectif SVP ?
Merci d’avance
Cordialement

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

AGENDA

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher